L'appartement 22

0 EXPEDITIONS | رحلات

1 ACTUALITÉS | EVENTS | مستجدات

2 EXPOSITIONS | معارض

3 PRODUCTION | Collection | أعمال

4 ARCHIVE & BIOGRAPHIES l وثائق

5 RESIDENCES | إقامات

6 TEXTES | Debats | نصوص | chroniques | قراءات وحوارات

7 LINKS | Thanks | شكرآ

 

Inscription à la Newsletter

L’appartement 22,
279 avenue Mohamed V,
MA-10000 Rabat,
T +212663598288,
Adel Abdessemed / "God is Design"
Exposition du 08 aout au 20 octobre 2006.

dimanche 6 août 2006

[français] [Nederlands]

ABDESSEMED et son « God is design »

L’appartement 22 accueille Adel Abdessemed* pour sa première exposition dans un pays d’Afrique du Nord. Cette exposition présente la vidéo God is Design (2005). L’exposition « God is design » à L’appartement 22 montre une seul oeuvre, du meme titre, projection vidéo dans l’espace principal. À l’entrée de L’appartement 22, le visiteur accède par un couloir sur lequel est inscrit le titre de l’exposition. Dans le même salle que la projection vidéo, le public peut consulter les livres de l’artiste (Questionnary, The green book, Global...). Le son de la vidéo est volontairement très puissant pour couvrir les bruits de l’environnement. Le lieux d’exposition étant situe en plein centre de Rabat, jsute en face du parlement, ou se rassemble souvent des manifestants et scandent des slogans revendicant des droits ou s’exprimant contre la guerre et d’autres actions politiques morocaines ou internationales. « God is design » est une vidéo animation d’un peu plus de quatre minutes (4’08’’) construite à partir des dessins, noir sur blanc, de motifs ornementaux reprenant les symboles des trois grandes religions monothéistes (le judaisme, le christianisme et l’islam) et les symboles reprenant le schéma de la cellule humaine qui s’y enrelassent au rythme d’une musique aussi ennivrante, à la limite de l’hallucination sonore. La video est réalisée en 2005, quelques années après avoir quitté New York suite à l’ambiance "invivable" qu’avait provoqué le Nine Eleven (11 septembre 2001). L’artiste s’est senti indesirable dans cette ville à cause des amalgames que font alors un grand nombre d’américains en considérant tous les arabes, les musulmans et les personnes issues du Moyen Orient comme des terroristes potentiel en puissance. Lors d’un rendez-vous parisien, Abdessemed ne parle pas seulement d’art, il se préoccupe des problèmes du monde : « En 2050 nous serons neuf milliards, prépare-toi mon ami, lance-il ! » Lorsque l’artiste propose un travail, il ne prend pas un public pour cible, mais partage son expérience, s’exprime sur sa vision et sa conception du monde. De l’écran noir, sur lequel Abdessemed projette les correspondances entre ses œuvres, au projet utopique de construire un espace d’expression libre à Jérusalem, Dazibao (2006) semble se déployer dans l’espace/temps médiatique de l’exposition, faisant la lumière ou brouillant les pistes de la démarche de l’artiste philosophe. Le mur noir que l’artiste utilise pour tisser le réseau de ses expositions permet de visualiser l’interconnexion des œuvres et leur donner un corps philosophique. De cette zone sombre et mystérieuse émergent des travaux de feu, de terre et d’autres réalisations immatérielles. Les cles de comprehension de l’oeuvre d’Abdessemed sont contenu autant dans le regard affranchi des prejuges formels. L’art est une experience qui ne laissent que des traces confondantes. La méthode avec laquelle Adel Abdessemed construit le film God is Design (2005) est certes basée sur la notion d’entrelacs, mais elle est développée par la pratique d’une philosophie critique. L’artiste prévoit le devenir du monde et expérimente une « poésie du nucléaire »** où sont représentés des signes sublimés des trois religions monothéistes en correspondance avec la représentation des cellules du corps humain. La bande son de la vidéo, composée sur commande de l’artiste par Silvia Ocougne, est une collision poétique de phrases musicales évoquant d’infinie des possibilités de rencontres. Cette approche d’interconnexion de références, expérimentée par l’artiste dans la vidéo présentée dans cette exposition, est déjà présente dans l’une de ses oeuvres emblématiques, MohammedKarlPolpot (1999) dont laquelle Abdessemed revendique l’état multiple de son existence, un choix de mobilité tout en étant alerte sur l’état du monde et de ses connexions. Adel Abdessemed a quitté l’Algérie en 1994 par choix politique. « Quand on a pas la paix chez soi, il faut aller ailleurs, sinon c’est la mort de l’âme. L’essentiel est d’agir, de lutter, de créer pour transformer le monde ». C’est un artiste exigeant et généreux. L’artiste puise les sujets de son œuvre dans son histoire personnelle de l’exil et de son rapport au monde. Il entend aussi, en touchant aux tabous et aux interdits, « agir contre la loi et la morale » qui prétendent arrêter la vie. Ces espaces d’investissement de l’art sont autant de lieux de vie et de plaisir (la rue, la salle de bain, le bar...). Depuis son retour à Paris, Abdessemed investit la rue Lemercier comme atelier. Il y a fait venir six sanglier, les sept frères (2006), le septième s’était enfuit. Un chat dévora un rat sur ce même trottoir pour donner lieu à la vidéo Birth of love (2006). Abdessemed est un artiste engagé qui se risque aux limites du légal et de l’illégal pour « faire éclater les barrières ». La morale est une « zone sensible » à laquelle touche l’artiste et le philosophe. L’exil est donc culturel. Abdessemed créera un univers qui intègre les références à la mythologie et qui utilise les technologies avec une libération totale de la religion de ses origines culturelles. L’homme est fondamentalement nomade, sa conduite est de briser les frontières artificielles. Il s’agit aussi de dépasser les tabous et les écrasantes conventions qui régissent les systèmes totalitaires et exclusifs que sont les héritages politisés et policés dont ne manquent pas nos sociétés. Abdessemed est un artiste international, divers et, comme Ulysse, héroïque. Chacune de ses œuvres est une résolution, de l’échelle de l’expérience esthétique à celle de la proposition politique. A.K.

* Adel Abdessemed, God is design, 2005, video, 4’08’’ in loop / Courtesy The artist. Exposition a L’appartement 22 du 08 aout au 20 octobre 2006. Curated by Abdellah Karroum. * Adel Abdessemed, 1971 born in Constantine, Algeria 1994-1998 Lyon, France 1999-2000 Paris 2000-2001 New York, International Studio Program, PS1 Contemporary Art Centre 2002-2004 Berlin 2005-2006 Paris

Recentes expositions personnelles 2006
- God is design, exposition de Adel Abdessemed à L’appartement 22, Rabat, du 08 août au 07 octobre 2006.
- Practice Zero Tolerance, La Criee (Rennes) et LePlateau (Paris)

2005
- Holidays - God is infinity, Galerie Kamel Mennour, Paris Ikon Gallery, Birmingham 2004
- Habibi, FRAC Champagne Ardenne, Reims
- Le Citron et le Lait, MAMCO, Genève 2003
- Galleria Laura Pecci, Milano, Italy 2001
- ZEN, in "Sous la Terre, il y a le ciel", Projectroom Kunsthalle Bern, Suisse Galerie Laura Pecci, Milan, Italie

Bibliographie :
- Adel Abdessemed, Global, Editions de Paris Musees avec Galerie Kamel Mennour, Frac Champagne-Ardenne, Mamco, 2005.
- Adel Abdessemed, Question nary, editions the artist and PS1, New York, 2001.
- Adel Abdessemed, The green book.