L'appartement 22

0 EXPEDITIONS | رحلات

1 ACTUALITÉS | EVENTS | مستجدات

2 EXPOSITIONS | معارض

3 PRODUCTION | Collection | أعمال

4 ARCHIVE & BIOGRAPHIES l وثائق

5 RESIDENCES | إقامات

6 TEXTES | Debats | نصوص | chroniques | قراءات وحوارات

7 LINKS | Thanks | شكرآ

 

Inscription à la Newsletter

L’appartement 22,
279 avenue Mohamed V,
MA-10000 Rabat,
T +212663598288,
CREATIONS ARTISTIQUES CONTEMPORAINES EN PAYS D’ISLAM
par Sandrine Wymann

"CREATIONS ARTISTIQUES CONTEMPORAINES EN PAYS D’ISLAM, des arts en tension", publication Sous la direction de Jocelyne Dakhlia

Avec J.-Ch. Depaule, A. Devictor, G. Ladkany, S. Leprun, H. Miliani, S. Naef

L’ensemble des textes rassemblés dans cet ouvrage a été écrit à l’occasion de débats et de rencontres entre universitaires, chercheurs, artistes et écrivains. C’est à l’initiative de Jocelyne Dakhlia (1) que ces spécialistes se sont réunis de 2000 à 2003.

mardi 24 avril 2007

Alors que l’aptitude à la modernité du monde islamique n’a jamais tant été remise en cause, Jocelyne Dakhlia nous présente, à travers un panorama précis, constitué de multiples points de vue, la création contemporaine de ce même monde occupant une place nouvelle et grandissante. Pour essayer de comprendre ce phénomène, Jocelyne Dakhlia introduit l’étude en définissant le territoire de son sujet. Elle distingue d’emblée le monde islamique du monde musulman en posant ainsi la distance nécessaire entre l’Islam en tant que culture, histoire et civilisation et l’islam comme seule religion. Mais pour autant aucune définition du monde islamique ne s’impose ni en termes géographiques, ni en termes culturels. Tout au plus avance-t-elle un contexte culturel islamique auquel elle rapporte l’Afrique, les hommes et les femmes de la diaspora, tout en notant que l’entité ainsi choisie a un caractère artificiel, car il n’y a pas plus de monde islamique que de monde « occidental » unifié. Il apparaît que son souci n’est pas celui de l’exhaustivité dans le recencement des pays d’islam ou des artistes qui s’y réfèrent mais que cet ouvrage cherche plutôt ce qui, dans la contemporanéité de l’art islamique, fait culture aujourd’hui. Quelles productions ? Quelles acceptations ? Tous les domaines de la création sont ainsi abordés et analysés : le cinéma, la littérature, la danse, les arts visuels, l’urbanisme. Un fait nouveau est que du cinéma à la danse, de la musique aux arts plastiques, les artistes passent aujourd’hui les frontières de leurs pays et qu’on leur confère un rôle qui laisse à croire que l’art seul peut « constituer le terrain d’une « réconciliation » avec l’Islam, comme s’il était le lieu où les conflits, enfin, se voyaient désamorcés, vidés de substance... » Cette présence des arts du monde « islamique » est entre autres analysée par Iolenda Pensa à travers la multiplication des biennales. Cette analyse attire notre attention sur le fait qu’aujourd’hui chaque discipline a sa biennale africaine. Le cinéma à Ougadougou, la photographie à Bamako, la danse à Antananarivo, les arts plastiques à Dakar et Istanbul... Des grands rendez-vous qui ont une dimension autant politique qu’artistique et qui vaut à la création artistique de cette région du monde une visibilité et une actualité indiscutables. Ce recueil regroupe des interventions à portées extrèmement différentes. Certains articles portent sur des analyses larges, et on retient l’intervention de Sylvie Naef « entre mondialisation du champ artistique et recherche identitaire : les arts plastiques contemporains dans la Méditerranée orientale », d’autres sont des rapports d’études ou d’expériences beaucoup plus précis voire intimes. La juxtaposition de cet ensemble d’approches constitue un outil de compréhension de la situation de la création contemporaine en pays d’islam. On peut peut-être reprocher la qualité inégale de reproductions de certaines oeuvres mais alors que se multiplient les analyses du monde islamique à travers les thèmes classiques de la femme, de l’intégrisme ou de l’immigration, cet ouvrage nous le donne à voir à travers une autre actualité plus inédite : celle de la contemporanéité de ses arts.

Sandrine Wymann

J. Dakhlia (dir), Créations artistiques contemporaines en pays d’Islam : des arts en tension, Editions Kimé, collection "Esthétiques", Paris, 2006, 668 pages, 38 euros

(1) Jocelyne Dakhlia. Historienne, codirectrice des Annales, directeur d’études à l’EHESS, Jocelyne Dakhlia est spécialiste d’anthropologie historique du Maghreb et de l’Islam méditerranéen. Elle est notamment l’auteur du Divan des Rois, Le politique et le religieux dans l’Islam (Aubier), où elle étudie une tradition politique qui ne doit rien à la théologie et au contraire, s’en dissocie, ou encore L’Empire des passions (Aubier), un ouvrage d’anthropologie historique et politique sur un motif récurrent dans l’histoire du monde arabo-musulman : le couple formé par le Calife et son ministre. Ses travaux portent également sur l’anthropologie des villes arabes ou sur les effets linguistiques du métissage. Elle a, dans Islamicités (PUF), apporté sa contribution au débat sur la place de l’islam en France.