L'appartement 22

0 EXPEDITIONS | رحلات

1 ACTUALITÉS | EVENTS | مستجدات

2 EXPOSITIONS | معارض

3 PRODUCTION | Collection | أعمال

4 DOCUMENTATION | Biographies | وثائق

5 RESIDENCES | إقامات

6 CHRONIQUES | Debats | نصوص | Texts | قراءات وحوارات

7 LINKS | Thanks | شكرآ

 

Inscription à la Newsletter

L’appartement 22,
279 avenue Mohamed V,
MA-10000 Rabat,
T +212663598288,
Biennale Bénin 2012 : Inventer le monde : l’artiste citoyen
du 09 novembre 2012 au 12 janvier 2013

La prochaine Biennale Bénin aura lieu du 08 novembre 2012 au 13 janvier 2013, dans les villes d’Abomey, Cotonou, Ouidah et Porto Novo.
Direction Artistique : Abdellah Karroum
Commissaire associé pour les projets spéciaux : Didier Houénoudé
Commissaires associés pour les rencontres et la recherche : Anne Szefer Karlsen, Olivier Marboeuf et Claire Tancons.
En dialogue avec un groupe de curators et professionnels internationaux – la Délégation Artistique (Curatorial Delegation)*
jeudi 8 novembre 2012

[English] [français]

VERNISSAGE LE 08 NOVEMBRE à 18h au CENTRE KORA, COTONOU - BÉNIN.

BIENNALE BENIN : EXPOSITIONS, ATELIERS, RENCONTRES, PUBLICATIONS, RADIO, ACTIVITÉS.

Inventer le monde : l’artiste citoyen
Inventing the World : The Artist as Citizen

- UNE exposition internationale Centre Kora et lieux d’interventions à Cotonou.
- DIX “projets spéciaux”, dans plusieurs villes au Bénin.
- UN atelier photographique (Afrique in Visu), à Ouidah.
- TROIS rencontres (Rencontres des Océans et des Mers), à Porto Novo, Abomey et Cotonou.
- UN livre-catalogue (en co-édition Silvana Editoriale et Fondation Zinsou).
- QUATRE numéros du Journal de la Biennale.
- UN programme radio (R22-Bénin / RBB).
- UN site internet, plateforme d’actualité artistique de la Biennale.

L’idée / le contexte : « Les grandes expositions et les biennales ont souvent été des espaces historiques pour les intellectuels, des moments de célébration pour les communautés, à l’instar du Festival mondial des arts nègres (Dakar, 1966), du Festival panafricain (Alger, 1969), de la Biennale de Johannesburg (1995). La fonction de ces assemblées s’étend à la prise de positions manifestes, idéologiques et artistiques (la Biennale de la Havane, la Triennale de Yokohama). Ces rendez-vous sont toujours conçus dans des complicités intellectuelles, à proximité du politique et du sociologique, traduisent surtout l’état d’esprit de projets artistiques inscrits dans la cité. En observant les formes d’expressions de l’époque contemporaine, et celle de la « génération 00 », au passage du 21e siècle, sur le continent africain et ailleurs, la Biennale du Bénin 2012 envisage d’interroger la notion d’artiste citoyen, dans ses dimensions active, sociale et esthétique. Le vocabulaire de l’art s’inscrit dans une temporalité multiple, entre imaginaire nomade et de réelles présences au monde, entre invention et action. C’est dans la correspondance, entre des univers créateurs et des rencontres extérieures, que se formule le sens de l’oeuvre, d’une idée esthétique à un propos éthique. 1 La Délégation artistique (Curatorial Delegation) est un groupe de recherche ouvert et évolutif en fonction des projets et de leurs contextes, composé de curators, universitaires et professionnels de l’art. 2 La mémoire collective, façonnée de faits historiques et de valeurs éthiques, devient à son tour un héritage partagé, au-delà des frontières commercialement cultivées. Les artistes travaillant au Bénin sont depuis longtemps impliqués dans la société en tant producteurs d’œuvres et d’interventions concrètes. Conçue en dialogue avec la scène culturelle béninoise, l’exposition internationale «  Inventer le monde : l’artiste citoyen » rassemble un ensemble d’œuvres existantes et d’autres en projet. 
Alors que les nouvelles productions fonctionnent comme des réponses à la question “d’artiste citoyen”, les œuvres sélectionnées par la Délégation Artistique quant à elles interrogent le contexte de l’exposition et les tendances artistiques internationales autant sur le plan de leur formulation que sur les modalités de leur présentation. La cartographie d’une exposition est définie par les lieux d’action et d’intervention des artistes citoyens, complétée par la correspondance des œuvres avec les lieux d’émergence des expressions. Le Musée d’Art de la Vie Active de Meschac Gaba est un exemple emblématique pour « Inventer le monde : l’artiste citoyen » (A. K.)

L’exposition internationale :

Le programme artistique de la Biennale Bénin 2012 « Inventer le monde : l’artiste citoyen » est inspiré par l’histoire, les contextes béninois et africains et les orientations de l’art et de ses enjeux actuels à l’échelle globale. L’exposition internationale au Centre Kora rassemble un ensemble d’œuvres existantes et de nouvelles productions, dont certaines œuvres sont réalisées lors de résidences au Bénin. Le processus de sélection d’œuvres est conçu en dialogue entre les membres de la Délégation Artistique et les artistes internationaux : Adel Abdessemed, Ebtisam Abdul Aziz, Sofia Aguiar et Tomas Colaço, Malala Andrialavidrazana, Owusu Ankomah, Edwige Aplogan, Aston, Azankpo, Ismaïl Bahri, Frédéric Bruly Bouabré, Gabriella Ciancimino, Solly Cissé, Nestor Da, Badr El Hammami, Dor Guez, Meschac Gaba, Pélagie Gbaguidi, Invisible Borders, Toril Johannessen, Camille Henrot, Syl. Pâris. Kouton, Adrian Missika, Florent C. Nagoba, Yoshinari Nishio, Otobong Nkanga, Herman Pitz, Gérard Quenum, Younès Rahmoun, Karim Rafi, Raqs Media Collective, Tchif, Jean-Paul Thibeau, Barthélémy Toguo, Cyprien Toukoudagba, Vincent+Feria, Carla Zaccagnini, Zinkpè.

Les Projets Spéciaux associés à cette édition de la Biennale, sélectionnés à partir de propositions actives au Bénin, s’inscrivent dans la logique d’une implication fondamentale de l’artiste dans la Cité, au regard d’une dimension amplifiée de création d’espaces de rencontres inventés par les artistes eux-mêmes, individuellement ou en collectivité.

Les projets spéciaux de la Biennale Bénin 2012 sont :

- Dérive Connectée portée par Bénin Connexion (Sedjro Mensah) est une appropriation de l’espace urbain à travers une exploration indéterminée de la ville. Cette dérive d’un groupe dans la ville de Cotonou est connectée à celle d’un autre groupe dans une ville du Nord ou du Sud et permet une écriture poétique de la ville. Dérive connectée est donc une exploration « virtualisée » de la ville en tant qu’espace urbain.

- Bibliothèque Roulante - Musée de l’Art de la Vie Active (MAVA) de Meschac Gaba se décline en deux activités : la première, est une « bibliothèque résidence » constituée d’ouvrages d’art provenant du Musée d’Art Contemporain Africain de l’artiste et la seconde une « bibliothèque mobile » qui fait appel aux zémidjans, célèbres taxis-motos du Bénin. Les zémidjans porteront gravés sur leur uniforme des textes extraits des ouvrages d’art de la « bibliothèque résidence ». La bibliothèque se veut ainsi un moyen de connexion entre les habitants de la ville et l’art.

- La porte du Retour en couleur porté par l’Association pour la Promotion de la Jeune Création en Arts Plastiques (APJ-CAP) est une intervention des plasticiens béninois sur le monument inachevé de la Porte du Retour à Cotonou afin d’en faire une œuvre provisoirement finie, le temps d’une biennale. Erigée dans la foulée des commémorations liées à la traite transatlantique, la Porte du Retour est une œuvre architecturale monumentale symbolisant l’accueil des frères de la diaspora. Cette œuvre est cependant restée inachevée, donnant l’impression d’un processus de retour des enfants de la diaspora demeuré lui-même inachevé.

- Carrefour des arts / FAPLAG (Fédération des Associations des Artistes Plasticiens du Bénin, présidée par Philippe Abayi) : s’inscrivant dans la continuité du projet précédent, propose d’organiser une série d’activités parmi lesquelles tiennent en bonne place des ateliers et des échanges entre professionnels, des performances et surtout des expositions de peinture dans l’espace de la Porte du Retour provisoirement achevée.

- Résistances Itinérantes / Unik - Abomey (Dominique Zinkpè) propose quant à lui un parcours physique dans la ville historique. Ce parcours est aussi un hommage à Cyprien Tokoudagba, plasticien béninois originaire d’Abomey et décédé il y a peu. Il permettra de redécouvrir les œuvres de l’artiste visibles dans la ville d’Abomey. A cela s’ajoutent des activités de résidences et une exposition à l’espace Unik, impliquant des artistes tel que Barthelemy Toguo.

- Artistes en Docs - Africadoc Bénin / Africadoc-Bénin ouvre, durant la Biennale, un espace de création pour les professionnels de l’audiovisuel artistique et les aspirants au cinéma documentaire : une rencontre professionnelle ayant pour but la réalisation et qui comporte tournage et montage, au cours de laquelle sera produite une collection de pastilles documentaires sur les artistes et leur regard décalé sur la cité et la vie de ses habitants. C’est donner l’opportunité à de jeunes Béninois africains de l’audiovisuel créatif d’investir le champ artistique de l’art contemporain autour d’une formation technique où ils expriment leur point de vue sur les transformations du monde que proposent les artistes de la Biennale.

- La Débrouille / VAKPO s’intéresse à une frange de la population qui vit en marge de la société du fait d’un handicap physique. Des ateliers de production avec les jeunes à mobilité réduite sont organisés par l’association avec le soutien d’artistes béninois et étrangers. Les résultats de ces ateliers feront l’objet d’une exposition dans une boutique à Cotonou.

- Waba 2012 / Elowa : l’association continue son action auprès des jeunes artistes du Bénin à travers des résidences d’artistes, la production et des rencontres nocturnes. Le projet ouvre également les espaces d’activités des artistes au public et par la même occasion s’inscrit dans la conception d’un circuit urbain.

- Optique transversale (suite) / Association des Critiques d’art du Bénin : est une exposition qui donne aux photographes béninois la liberté d’interpréter à leurs façons certains des plus grands tableaux de l’histoire de l’art. Il s’agit pour eux, non de reproduire en cliché les chefs-d’oeuvre en question, mais de les récréer, de les réinventer à partir d’éléments authentiques locaux (personnages, accessoires, décors). C’est un exercice d’esthète qui entend mettre en lumière la créativité des photographes, leur sens de composition, leur goût de la mise en scène, leur capacité à s’approprier des langages artistiques d’autres genres et d’autres espaces culturels différents pour en faire des compositions nouvelles. Le dialogue est ainsi établi qui se décline à tous les niveaux : entre artistes, entre cultures, entre époques, entre genres... Une transversalité totale.

- Avec le projet spécial “l’artiste créateur d’espaces, l’artiste producteur”, l’espace Tchif accueille des rencontres, des discussions autour des questions de création d’espaces pour l’art dans la cité. Nous assistons à plusieurs initiatives d’artistes et d’intellectuels qui créent des espaces indépendants sur tout le continent africain. A quoi répondent ces initiatives ? Quels sont les moyens et quelles méthodologies sont adoptées pour faire vivre ces espaces et pérenniser leurs actions dans un contexte de crise globale ? Ce programme comporte également des mini-ateliers d’expérimentation artistique qui sont relayés par la radio de la Biennale (R22-Bénin).

Par ailleurs, un certain nombre d’activités existantes ou en projets, sont identifiées et documentées par l’équipe de recherche et les experts invités par la Biennale Bénin. Ces activités sont répertoriées par la Délégation Artistique et les commissaires invités.

Les ateliers et les rencontres :

Des ateliers et rencontres menés par des artistes et des professionnels inscrivent la Biennale dans la continuité des activités citoyennes participant au développement de la scène artistique locale et à ses liens transcontinentaux. Dès le mois d’août 2012, un atelier autour de la photographie et de l’image en mouvement organisé en complémentarité avec l’exposition internationale, “Inventer le monde en images” investit l’Office du Tourisme de Ouidah. Il est animé par l’association Afrique-in-Visu avec la participation de photographes et vidéastes africains du Bénin, du Congo, de Côte d’Ivoire et du Burkina-Faso. Les participants à cet atelier produisent notamment les images pour les différents journaux et autres publications de la Biennale Bénin 2012. Une exposition de restitution et de création post-atelier est présentée dans les espaces de la Maison de la Culture et d’autres lieux à Ouidah pendant la Biennale Bénin.

Une série de Rencontres des océans et des mers (Encounters of Oceans and Seas) sont organisées en sessions de discussions et d’échanges autour de l’art et des nourritures du monde, notamment avec la participation d’artistes, philosophes et chefs. Il est le cadre de discussions et de productions qui rassemble des participants de plusieurs continents, dans des temps de préparation et de rendez-vous publics. Sessions animées par les membres de la Délégation artistique (CD) et par des personnalités invitées dans divers lieux au Bénin (Centre Kora à Cotonou, Centre Songhaï à Porto Novo, et Unik à Abomey) :

#1 Repenser une école d’art (Recovering an art school) L’artiste peut prendre deux postures : celle de chercheur créateur et celle d’enseignant. Il s’arrange alors pour parler sans ambiguïté : le rôle multiple de l’”artiste enseignant” se manifeste dans son engagement à partager des savoirs et son intérêt à cultiver les idées et les discours. Dans cette rencontre intitulée “Repenser une école d’art”, il s’agit d’observer le rôle de l’”artiste-enseignant” et sa reconnaissance en dehors du système formel et institutionnel. Il est question d’analyser le rôle de “l’artiste-enseignant” dans la communauté artistique et dans la société bien qu’il n’occupe pas “physiquement” le poste d’enseignant. Cette rencontre se tient à Songhai, un lieu de de partage des savoirs et d’expériences. La relation au autres activités est intégré à cette réflexion. Cette rencontre est le résultat de discussions actuelles au Bénin autour de l’avenir de l’enseignement en art à l’Université d’Abomey-Calavi (UAC) qui fait partie de l’Université Nationale du Bénin (UNB). Lieu : Centre Songhaï à Porto Novo Dates : du 4 au 7 novembre 2012 Anne Szefer Karlsen, Joseph Adandé, Dora Hegyi, Arne Skaug Olsen, Jean-Paul Thibeau, Claire Pentecost, Baba Keita.

#2 Les Masques Se Meuvent Encore. Cas d’etudes pour un généalogie de l’art performance au Bénin et au delà.

Clin d’oeil au titre du film-essai d’Alain Resnais et Chris Marker Les Statues Meurent Aussi Les Masques Se Meuvent Encore : Rencontres d’Abomey est une introduction sur le sujet largement négligé des pratiques d’art performance contemporaines en Afrique. Se démarquant de la production populaire tant auprès du grand public que du marché de l’art de masques par des artistes contemporain qui contribuèrent à perpetuer le désir ethnographique pour les object dit primitifs inauguré par les avant-gardes Européennes et codifié par plus d’un siècle de pratiques muséales Les Masques Se Meuvent Encore : Rencontres d’Abomey se tourne vers ces performances qui amenèrent de nouveau les masques à se mouvoir et à se montrer dans l’espace public. Les Masques Se Meuvent Encore : Rencontres d’Abomey prend donc à témoin les pratiques de performance récente d’artistes Béninois et participant à Biennale Bénin 2012 Edwige Aplogan,Meshac Gaba, Tchif and Dominique Zinkpè pour tenter d’élaborer une généalogie de pratiques de performance Africaines, et plus spécifiquement Béninoises.

Lieu : Unik, Abomey Date : Samedi 10 Novembre Participants : Claire Tancons, Commissaire Associée à la Recherche et aux Rencontres, organisatrice. Romuald Tchibozo, Professeur d’Histoire de l’Art à l’Université d’Abomey-Calavi, co-organisateur. Joseph Adandé, Professeur d’Histoire de l’art à l’Université d’Abomey-Calavi et à l’Ecole du Patrimoine Africain, Cotonou / Porto Novo (à confirmer) Edwige Aplogan, artiste, Cotonou and Paris (BB12) Gabin Djimassé, Conseiller Scientifique de la Fondation Zinsou, chercheur et historien, Abomey Meschac Gaba, artiste, Amsterdam and Cotonou (BB12) Baba Keïta, Directeur de l’Ecole du Patrimoine Africain, Porto Novo (à confirmer) Tchif, artiste, Cotonou (BB12) Dominique Zinkpè, artiste, Cotonou/Abomey (BB12)

#3 L’atelier d’artiste et le monde - Géographie, Histoire et Intervention. Pouvons-nous imaginer aujourd’hui l’atelier de l’artiste au-delà de sa nature première de lieu de production où s’élabore en secret l’oeuvre avant son exposition ? Pouvons-nous imaginer le processus au travail à l’atelier comme un moment public, collectif, un espace de transmission, de débat, de récit et ainsi étendre le périmètre de ce qui fait oeuvre à ce temps invisible ? Dans ces conditions, nous apercevons autrement la nature spécifique du travail de l’artiste aujourd’hui, l’objet fini cessant d’être la seule preuve d’une pratique à même d’englober des dynamiques sociales plus vastes. Lieu : Centre Kora à Cotonou et internet Dates : décembre 2012 Olivier Marboeuf, Raqs Media Collective, Adel Abdessemed, Meschac Gaba.

Les rencontres participent aussi du programme scientifique de la Biennale, notamment en collaboration avec les universitaires de l’Université Abomey-Calavi et les chercheurs des universités et structures académiques, notamment l’EHESS (Paris). Nous y retrouverons les universitaires et théoriciens : Joseph Adandé (UAC, Bénin), Didier Houénoudé (UAC, Bénin), Romuald Tchibozo (UAC, Bénin), Baba Keita (Ecole du Patrimoine Africain), Olivier Marboeuf (Khiasma, France), Viktoria Schmidt-Linsenhoff (CePog, Allemagne), Kerstin Schankweiler (FU, Berlin) et Claire Tancons. Ces rencontres sont documentées et diffusées sur les pages de la radio de la Biennale.

Les publications, la recherche et le colloque :

Le colloque à Abomey, sur le thème de l’artiste citoyen, interrogeant l’histoire et le contexte actuel, avec les commissaires de la Biennale Bénin 2012, en collaboration avec l’Université d’Abomey-Calavi. Parmi les participants : Didier Houénoudé, Joseph Adande, Monique Kouaro, Gabin Djimassè, Claire Tancons, Romuald Tchibozo, Cédric Vincent. Le colloque s’inscrit dans la continuité des laboratoires universitaires et des chantiers artistique, à travers l’idée d’un projet de recherche « Des formes d’écritures » qui prend la Biennale à la fois comme terrain d’exploration et comme une entrée sur les contextes historiques spécifiques en Afrique. Il s’agit de réfléchir sur la part d’invention du langage et celle d’agencement à partir d’un savoir. Pour les chercheurs Cédric Vincent, Francesca Cozzolino, la Biennale est alors perçue comme lieu de production du savoir sur le Bénin, une sorte de laboratoire des formes d’écritures artistiques dans différents contextes de réception et de lecture :
- suivi du projet Bibliothèque Pilot, de Meschac Gaba, dans sa formulation, sa mise en place, sa réception et sa mémoire dans le contexte béninois ; il s’agit de produire des données qui sont ensuite analysées ;
- archives, actions d’artistes et d’anonymes dans l’espace public et ces lieux particuliers que sont les places publiques et les monuments liés aux mouvements politiques et aux faits postcoloniaux. Des interviews des chercheurs avec les artistes, les témoins historiques et les archivistes complétent le projet, Lieux d’exploration : terrains à Cotonou, Abomey, Ouidah, Porto-Novo, un point de rencontre au Centre Kora et en collaboration avec les chercheurs de l’Université Abomey-Calavi.

Le Livre-Catalogue, conçu comme une extension du projet artistique de la Biennale, avec la contribution d’auteurs spécialistes et des artistes de la Biennale Bénin 2012, se veut un document de référence et de débats sur l’art. Le livre « Inventer le Monde : l’artiste citoyen » est conçu pour documenter l’édition 2012 de la Biennale Bénin (catalogue). Les chapitres du livre documentant les œuvres de l’exposition internationale et des projets spéciaux, sont alternés par des images d’archives et des études de divers espaces urbains du Bénin montrant l’évolution des places publiques transformées par les projets artistiques et architecturaux. Le Livre de la Biennale Bénin 2012 est la continuité des expositions, des propositions artistiques et des recherches. Il comporte les idées, les projections et les références artistiques et théoriques.

Un Journal est publié en plusieurs numéros, dont la direction éditoriale est chaque fois confiée à un commissaire de la Délégation Artistique, en collaboration avec des auteurs et des artistes invités. Le Journal est imprimé en version papier au Bénin et disponible sur internet. Le numéro de Novembre 2012 est édité en partenariat avec Le Quotidien de l’Art.

L’archive, la médiation :

R22-Bénin / RBB, le programme radio de la Biennale Bénin est un outil de dialogue et la mémoire sonore de la Biennale. Une programmation musicale sera conçue avec les artistes participants et amateurs au Bénin. Le studio de la R22-Bénin est installé au Centre Kora et un studio mobile se déplace dans les autres villes pour la réalisation de documentaires sonores, d’entretiens et autres reportages sur la vie culturelle au Bénin. L’équipe de la radio est composée d’artistes et de membres du groupe éditorial de la Délégation artistique, ainsi que des journalistes de radios partenaires (France Culture, Cap FM - Centre Africain de la Pensée Libre, Radio Tokpa) et une radio locale dans chaque ville.

Le Site internet de la Biennale Bénin est construit comme un guide ressource sur les activités en accord avec le thème de la Biennale qui documente les projets dans des géographies plus larges, s’étendant sur un axe transafricain, mettant l’accent sur les initiatives artistiques les plus importantes. Ce site est l’outil principal d’informations et d’archives de la Biennale Bénin 2012. Construit sur la grille du programme artistique et éducatif, le site internet de la Biennale Bénin 2012 comporte aussi la cartographie des projets spéciaux. Le site fonctionne également comme un guide de la scène artistique contemporaine au Bénin incluant par ailleurs le réseau plus large de l’Afrique de l’ouest, de manière à offrir des liens entre les différents contextes dans la région allant de Dakar à Douala et de Tombouctou à Kinshasa. Le site peut aussi avoir une partie archives sur des projets et démarches spécifiques, tels que les processions et les interventions. www.biennalebenin.org

Médiation / Education :

Un groupe de jeunes médiateurs est formé pour l’accueil des publics sur les sites des différents programmes. Le travail de médiation et d’éducation peut être réalisé avec le corps enseignant et les institutions spécialisées au Bénin. Le programme de médiation et d’éducation est réalisé en partenariat avec une institution spécialisée, la Fondation Zinsou au Bénin. Le projet de médiation utilise aussi les supports éditoriaux, notamment le Journal de la Biennale Bénin, le programme Radio et le site internet.

Évènement de lancement de la Biennale :

Un événement performatif lors de la soirée de vernissage avec une collaboration exceptionnelle entre musiciens et artistes.

Les Prix : Les Prix de la Biennale récompenseront et encourageront les artistes participants au programme artistique (exposition internationale et projets spéciaux), et les récompenses financées par l’organisation de la Biennale et ses partenaires.

Site officielle du programme artistique de la Biennale Bénin : www.biennalebenin.org

Contact : biennale.benin@gmail.com

Partenaires :
- Ministère de la Culture du Bénin, Cotonou
- Le Consortium, Cotonou
- L’Institut Français, Paris
- Fondation Zinsou, Cotonou
- La Commission Européenne
- Ambassade de France au Bénin
- Ambassade du Brésil au Bénin
- OCA (Office for Contemporary Art Norway), Oslo
- L’appartement 22, Rabat
- Fondation Almayuda, Barcelona
- Universes-in-Universe, Berlin
Biennale Bénin 2012, Inventing the World : The Artist as Citizen, vue de l'exposition, Centre (...) Camille Henrot, Aston, La réserve du Centre Kora, Invisible Borders, Caisses du Centre Kora, Karim Rafi, Inventer le monde : l'artiste citoyen Meschac GABA, Bibliothèque MAVA, Projet Spécial de Meschac GABA Gerard Quenum,