L'appartement 22

0 EXPEDITIONS | رحلات

1 ACTUALITÉS | EVENTS | مستجدات

2 EXPOSITIONS | معارض

3 PRODUCTION | Collection | أعمال

4 ARCHIVE & BIOGRAPHIES l وثائق

5 RESIDENCES | إقامات

6 TEXTES | Debats | نصوص | chroniques | قراءات وحوارات

7 LINKS | Thanks | شكرآ

 

Inscription à la Newsletter

L’appartement 22,
279 avenue Mohamed V,
MA-10000 Rabat,
T +212663598288,
Julia Rometti&Victor Costales | L’équivoque Azul

Du 10 Octobre au 15 Décembre 2013. Vernissage le 10 Octobre à 18h30 en présence des artistes.
Ce projet entre dans le cadre des Rif Résidences et de l’expédition du bout du Monde#11
curator : Natalia Valencia.
mercredi 2 octobre 2013

« Azul Jacinto Marino. Lorsque je prononce ce nom, il s’anime sous de nombreuses formes. L’équivoque réside dans l’ambiguïté de sa nature. On tenterait de lui trouver une région géographique, une ethnie ? Un type spécifique d’alimentation, peut-être.

Il s’agit en fait d’un pigment aquatique, une jacinthe qui pousse dans la mer ».

M.G, 1944

Pour leurs nouveaux travaux accompagnés par L’appartement22, Julia Rometti & Victor Costales poursuivent leurs recherches sur l’ Anarquismo Mágico, un mouvement politique transnational peu connu, et dont l’une des figures principales serait Azul Jacinto Marino. Rometti & Costales interrogent la pertinence historique du mouvement dans le contexte botanique, mineral et politique Nord Africain. Ces questions ont été déclenchées par des communications subaquatiques interceptées par les artistes sur la côte équatorienne. La transcription de ces messages dans l’alphabet berbère tifinagh ont incité une série d’évènements multi-divinatoires qui ont pris place dans les montagnes du Rif du Nord du Maroc en Septembre, dans le cadre de « l ‘expédition du bout du monde #11 », et du programme Rif Residences de L´appartement 22. Pendant ce temps, Natalia Valencia et Rodrigo Ortiz Monasterio sont partis à la recherche des traces des origines de l’inclination spirituelle vécue par l’artiste et historien d’art allemand Mathias Goeritz, pendant son séjour à Tanger et Tétouan au début des années 1940. Dans la correspondance découverte entre la femme de Goeritz, Marianne Gast (alias Bambi) et Azul Jacinto Marino, les chercheurs ont trouvé des évidences sur l’influence exercée par l’esthétique du folklore marocain sur ce que Goeritz appelera plus tard la théorie de « l’architecture émotionnelle ». Celle-ci a été cristallisée dans la construction du Museo Experimental El Eco au Mexique en 1953.

Suivant les premières réflections de Goeritz et Marino sur l’anarchisme spirituel, les tentatives « perspectivistes » de Rometti & Costales rejoignent la sensibilité contenue dans l’ambre, le sable, l’azurite et d’autres entités marocaines. Dans cette période d’agitation politique, L’équivoque Azul nous immerge dans le potentiel transformatif de l’insurrection botanique, minérale, et architecturale.

Julia Rometti (France,1975) & Victor Costales (Bielorussie, 1974) travaillent ensemble depuis 2007. Ils ont exposé dernierement au FRAC Alsace, à Qalandia International à Jérusalemen, à la Kunsthalle de Zurich, et au David Roberts Arts Foundation à Londres. Ils ont présenté cette année deux expositions personnelles à la galerie Jousse Entreprise à Paris et à la galerie la Central à Bogotà. Actuellement, ils vivent entre Paris et l’Amerique Latine où ils mènent des recherches à long terme.

Natalia Valencia (née à Bogota en 1984) a été commissaire de projets au Palais de Tokyo, à la Sala de Arte Publico Siquerios à Mexico, au Museo Quinta de Bolivar à Bogotà, et à Proyectos Ultravioleta au Guatemala. Récemment, elle a été chargée de recherches au sein du Centre Pompidou à Paris.

Remerciements : Fatima Agnaou (IRCAM) et Mohamed Cherchaoui (Rif Résidences)