L'appartement 22

0 EXPEDITIONS | رحلات

1 ACTUALITÉS | EVENTS | مستجدات

2 EXPOSITIONS | معارض

3 PRODUCTION | Collection | أعمال

4 ARCHIVE & BIOGRAPHIES l وثائق

5 RESIDENCES | إقامات

6 TEXTES | Debats | نصوص | chroniques | قراءات وحوارات

7 LINKS | Thanks | شكرآ

 

Inscription à la Newsletter

L’appartement 22,
279 avenue Mohamed V,
MA-10000 Rabat,
T +212663598288,
Oriol Vilanova | PETIT TAXI, GRAND TAXI طاكسي صغير، طاكسي كبير

Intervention-Exposition du 8 Mai au 15 Juin 2014

Curator : Abdellah Karroum
Délégation artistique
L’appartement 22, 279 avenue Mohamed V, MA-10 000 Rabat

lundi 5 mai 2014

Déplacement

En Octobre 2013, Oriol Vilanova voyage au Maroc en préparation de l’exposition “Sous nos yeux” pour le MACBA. L’artiste se rend dans le Rif, c’est l’Expédition # 12 de la série le Bout du Monde, entre la Rif Résidence et L’appartement 22. Intéressé par les techniques de marchandage, il a visité plusieurs souks (marchés hebdomadaires) dans des endroits et géographies différents. Vilanova est un habitué des marchés aux puces Européens, qu’il considère comme une partie de son studio. Cette recherche a amené Oriol Vilanova a organiser une conversation en privé à L’appartement 22 avec des commerçants de la médina pour réfléchir à l’économie particulière du marchandage. Avec ses normes non-écrites, l’inexistence de prix fixes, la valeur du temps et la théâtralité exécutée par les vendeurs autant que par les acheteurs, le marchandage témoigne d’une économie alternative au sein même de la cité.

Intervention

“On est colonisé par des fantômes.” O. V.

L’appartement 22 est apparemment vide. Une peinture monochrome beige le colonise. Il s’agit de la peinture spatiale Deutéranomalie*. L’intervention réfléchit à la permanence des stéréotypes et le rôle de la fiction dans l’écriture de l’histoire à partir d’un détail de la peinture La batalla de Tetuán [La bataille de Tetouan] (1863-1865), une guerre coloniale menée par l’Espagne contre le Maroc. Marià Fortuny (Reus, 1838 – Roma, 1874) peint une scène de bataille dans un paysage exagérément aride, alors qu’en réalité le paysage est totalement vert, Tetouan - future capitale du Protectorat espagnol (1912-56) - étant situé dans le Rif, une région tempérée du nord du Maroc. La bataille a eu lieu le 4 février de 1860, le mois de février ayant été particulièrement pluvieux cette année là, si Fortuny avait peint la scène comme il l’a vu, personne n’aurait cru que c’était l’Afrique. En effet, le cliché qui consiste à penser que le désert commence après le détroit de Gibraltar était - et est toujours - très répandu. Il n’aurait pas été crédible de représenter une bataille africaine dans un paysage qui ressemble plus à la Galice ou aux Pays de Galles qu’a l’image de l’Afrique construite par l’Occident.

Les murs de l’espace d’exposition de L’appartement 22, habituellement blancs, neutres pour laisser place aux oeuvres, ont changé d’apparence pour devenir beige, une couleur plus chaude et domestique, qui peut rapeller l’origine du lieu comme appartement privé. La couleur est un élément décoratif fort qui permet de jouer avec l’architecture et de changer sa perception. Avec une présence à la fois omniprésente et invisible, cette intervention radicale et discrete entretient une certaine ambiguïté.

Le projet d’exposition s’etend aussi a l’exterieur des murs de L’appartement 22, et investit les vitrines de l’Hôtel Balima à Rabat, un des premiers batiment de la ville moderne, à une centaine de mètres de L’appartement 22. L’ hôtel Balima a ouvert en 1932 en plein Protectorat français, un véritable symbole de “la ville nouvelle” et le modèle urbain colonial par excellence. L’intervention est un texte vinyl intitulé Inconnue, collé sur les vitrines de velours rouge épais qui donnent directement sur la rue. Il s’agit d’une conversation entre deux personnes qui négocient ​​le prix d’un objet inconnu. Le texte interroge le poids de l’histoire de l’hôtel ainsi que des objets qui sont placés dans les vitrines, inchangés depuis des années. Un espace réduit, métonymie d’un passé riche, construit de croisements et de diverses influences.

* Deutéranomalie : Incapacité à voir la couleur verte

Biographie :

Oriol Vilanova (Barcelona, 1980) vit et travaille à Bruxelles. Son travail interroge les notions d’échange, d’histoire et des formes d’art autant que l’invention du langage visuel et conceptuel. Parmi ses expositions et contributions récentes : “Sous nos yeux” au MACBA de Barcelona ; FRAC Champagne-Ardenne, Reims ; Palais de Tokyo, Paris ; Nottingham Contemporary, Notthingham ; Virreina Centre de la Imatge, Barcelona ; et Parra & Romero, Madrid. Il a publié des livres d’artistes avec les éditions JRP Ringier, Christoph Keller, FRAC Champagne-Ardenne, CRU et Editions for friends.

Remerciements : MACBA Barcelona, Ingrid Sala, Abderrahmane Essaidi, Soledad Gutiérrez, Maud Houssais, Mohamed Charchaoui.
Oriol Vilanova, Deutéranomalie, Oriol Vilanova, Deutéranomalie Oriol Vilanova, Deutéranomalie Oriol Vilanova, Deutéranomalie, Oriol Vilanova, Deutéranomalie, Oriol Vilanova, Deutéranomalie,