L'appartement 22

0 EXPEDITIONS | رحلات

1 ACTUALITÉS | EVENTS | مستجدات

2 EXPOSITIONS | معارض

3 PRODUCTION | Collection | أعمال

4 ARCHIVE & BIOGRAPHIES l وثائق

5 RESIDENCES | إقامات

6 TEXTES | Debats | نصوص | chroniques | قراءات وحوارات

7 LINKS | Thanks | شكرآ

 

Inscription à la Newsletter

L’appartement 22,
279 avenue Mohamed V,
MA-10000 Rabat,
T +212663598288,
Dessins, projets (3)

lundi 15 janvier 2007

[عربي] [English] [français] [polski]

COMMUNIQUE DE PRESSE*

Dessins, projets… (3)

« Je cherche de plus en plus à partager avec le public l’idée que j’ai de l’art et de nous introduire ensemble dans le secret de l’artiste. J’y suis déjà. J’ai besoin d’écrire des expositions directement dans l’espace, comme le dessin ou le manuscrit. » C’est en ces termes que l’auteur de l’exposition dessins, projets (3), le Dr. Abdellah Karroum nous invite découvrir l’univers d’une nouvelle génération d’artistes émergents qu’il débarque à L’appartement 22 à Rabat.

Dessins, Projets est un programme d’expositions que L’appartement 22 développe depuis 2006. Après une première édition, avec l’installation « God is design » de Adel Abdessemed, une seconde avec « 3R’s Maroc » de Seamus Farrell, alliant un workshop à Fez et une exposition à Rabat, L’appartement22, accueil aujourd’hui, 8 artistes, venus d’Allemagne, Egypte, Maroc, Israël, Roumanie, Tunisie. Tous de la génération de leur curator, ils font partie de ceux qui font de leur imaginaire une mémoire du temps :

Doa Aly, « sans titre », 2006. Doa ALY, vit et travaille au Caire. (Une série de Quatre dessins inspirés du projet de l’artiste “48 leçons de ballets” qui a aussi donné lieu à des réalisations vidéo et de photographie). Les dessins, réalisés sur deux épaisseurs de papiers semi-transparentes (calque), composent l’image du corps désarticulé d’une ballerine. Les deux épaisseurs de l’œuvre disent aussi cet état des choses entre fragilité et stabilité, entre rencontre et séparation.

Liliana Basarab, « the forest », 2006. Liliana BASARAB, vit et travaille en Roumanie. (« the forest » est composé d’une série de 500 dessins réalisés suite au séjour de l’artiste en Pologne. Lors de ce séjour, l’artiste s’était perdue la nuit dans la Forêt-noire. Les 500 dessins sont chacun un détail de la forêt. L’œuvre vit éclatée, dispersée dans différentes collections à travers le monde).

Keren Benbenisty, « sans titre », 2006. Keren BENBENISTY, vit et travaille à Paris. (Le travail de Karen Benbenisty évoque souvent la dualité, la rencontre, « l’amour imposible », l’espace entre-deux, aussi bien symbolique que physique. Comment ne pas penser au mur et à aux tensions entre les peuples. L’artiste est née en Israël d’une mère marocaine et d’un père turc).

Chourouk Hreich, « Mythography’s Boats », 2007, 80 x 120 cm. Chourouk HRIECH, vit à Marseille et Marrakech. (Les trois dessins, réalisés spécialement pour L’exposition à L’appartement 22, représentent la relation de l’artiste au pays de ces origines. Ses parents sont marocains immigrés en France dans les années 1960. Elle y déverse aussi les histoires, les visions et les humeurs de sa rencontre avec l’imaginaire “oriental”. Ainsi on retrouve dans les trois tableaux des scènes, racontées par ses parents, mêlées aux propres visions de l’artiste et à ses expériences…)

Yasmina Mlik, « sans titre », 2006. Yasmina MLIK, vit et travaille en Tunisie. (La série de dessins à été réalisée en déplacement à bord d’un train tunisien. Une sorte d’exil mental et une pratique du dessin qui extrait l’artistes de la réalité d’un déplacement sans vraiment aller “ailleurs”.)

Younes Rahmoun, « Ghorfa », 2006. Younès RAHMOUN, vit et travaille à Tétouan. (Le premier dessin intitulé “Ghorfa” est inspiré de la chambre de l’artiste, Lieu de travail, de méditation et de prière. Ce dessin représente le plan de la Ghorfa posée au centre de l’appartement 22, à la mesure de ce dé-placement de l’espace de création et de méditation vers celui d’exposition et de partage.)

Batoul S’himi, « aquarelles », 2007. Batoul S’HIMI, vit et travaille au Maroc. ( en réponse à l’invitation de L’appartement 22, Batoul S’Himi est la seule artiste qui propose un « dessin de projet » pour cette exposition. Elle projette une intervention sur la plage, réaliser un dessin géant, avec des pigments naturels et biodégradables, représentant des pages de discussions instantanées (chat). Il s’agit de sortir de la fenêtre d’ordinateur pour aller vers des rencontres réelles.

Katrin Ströbel, « sans titre », 2006. Katrin STRÖBEL, vit et travaille à Sttütgart. (L’artiste qui séjourne au Maroc pour la première fois travaille sur le principe de traduction. Elle compose une même forme avec des signes et des calligraphies latines et arabes. A travers sa propre pratique, Katrin Ströbel interroge la condition de l’artiste dans un contexte culturel différent de celui de son pays, l’Allemagne. Les dessins présentés sont des portraits des artistes, souvent de sa génération, rencontrés au Maroc)

Huit artistes venus d’horizons différents, d’univers différents qui ont évolué dans des cultures différentes, mais qui, partagent la même vision de l’art, de la pensée artistique, et aujourd’hui, le même espace pour la première fois, celui de L’appartement 22. Des artistes qui, à travers leurs dessins, racontent, retracent, revivent, et partagent leurs émotions. Des dessins, des images, qui trouvent vie grâce aux gestes de ces artistes, d’après Abdellah KARROUM, « le geste est la source du dessin, ce geste est dicté par un imaginaire en correspondance avec ce que l’artiste a pris du monde, l’humeur déversée dans le corps de l’artiste, comme dans nos corps d’être humains qui se consument ». A travers ses années de travail et de recherches Karroum tente de faire vivre l’art au Maroc, au-delà d’une « existence consommatrice », de créer une vision alternative à l’académisme ambiant dans les écoles d’art et par conséquent au public marocain. Un besoin « d’écrire les expositions » dans le temps mais également dans l’espace, afin de faire de cette aventure un projet qui constitue un engagement total, aussi bien pour les artistes que pour le lieu d’apparition des œuvres.

Le programme « Dessins, projets… » révèle le désir du « curator » de partager avec le public une pensée artistique engagée en investissant et en transformant l’espace de son lieu privé, L’appartement 22, en place partagée en « coopérative » avec les artistes et le public. Un espace qui s’impose au visiteur par sa position et son histoire, mais qui reste difficile à dominer fort de son volume. Il suffit parfois d’activer un mur ou une étagère, il s’agira d’autres fois d’investir tout l’espace, L’appartement 22, se transforme au service œuvres qui s’y créent ou s’y installent, tel un réceptacle de vœux, de rêves et d’utopies.

L’exposition « dessins, projets (3) » se poursuit jusqu’au 25 février 2007. L’appartement 22, 279 avenue Mohamed V. Rabat (Maroc). Visites sur rendez-vous au : 063 59 82 88 ou par email appartement22@free.fr Informations : www.appartement22.com Relations presse : sophia@appartement22.com